Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 août 2013 2 20 /08 /août /2013 08:38

Elle était une ballerine exemplaire et chacun, dans ce petit opéra sombre n'avait de cesse de vanter sa qualité de danseuse. Ponctuelle, toujours pile à l'heure pour les répétissions, elle ne sourcillait jamais lorsqu'on lui demandait de rester plus longtemps pour revoir un pas qu'elle n'aurait pas maîtrisé. Elle était une sorte de poupée de cire sans expression toute dévouée à ceux qui la faisait danser. Elle en avait d'ailleurs oublié de vivre.

danseuse-12.jpg

 

Bisous et bulles de savon !

Repost 0
Published by soakette la sardine - dans gribouillages
commenter cet article
19 août 2013 1 19 /08 /août /2013 08:27

Elle était russe et personne dans ce petit opéra poussiéreux ne savait retenir son nom aux accents farouche et rebelle, qui ressemblait étrangement à sa danse, parfois saccadée, toujours sérieuse, souvent rigide. Mais par une étrangeté sans nom, l’esthétisme de ces mouvements impérieux existait, le tout ressemblait à une danse militaire légère. Les danseuses jalouses de ce prodige inouï parlait de l'exotisme de la Russie qui grisait chaque spectateur d'un parfum de louve endormie.

 

danseuse-11.jpg

 

Bisous et bulles de savon !

 

 

Repost 0
Published by soakette la sardine - dans gribouillages
commenter cet article
18 août 2013 7 18 /08 /août /2013 16:45

Vous vous souvenez de Wilfried & Théo dont les aventures avaient été publiées dans le MALOPIE numéro 13 ?

Je publie enfin les-dites aventures, appelées L'Art de l'Etude Sans Travail, sur le blog ! (ce qui n'empêche personne d'acheter le fanzine pour voir les autres dessinateurs à l'oeuvre toussa toussa)

Leçon 1 : Être Sportif
vive le ski poussée de croissance(clic clic sur l'image pour les petits yeux)

Leçon 2 : Invoquer les aléas de la nature

wilfried balance toi

 

Leçon 3 : S'occuper comme on peut

wilfried occupe toi

 

Et le petit dessin qui accompagnait :

théo grand

 

 

Et j'ai regrouppé tous les dessins de Wilfried & Théo (même les dédicaces) sur une nouvelle page du blog qui a même son petit bandeau qui va bien !

wilfried-et-theo.jpg

 

 

Sur ce, bisous et bulles de savon !

 

 

Repost 0
Published by soakette la sardine - dans bulles de BD
commenter cet article
17 août 2013 6 17 /08 /août /2013 15:25

Un dessin d'anniversaire :)

nicolas.jpg

 

Bisous et bulles de savon !

 

 

Repost 0
Published by soakette la sardine - dans gribouillages
commenter cet article
16 août 2013 5 16 /08 /août /2013 08:17

Elle avait un surnom tout à fait approprié à son caractère orgueilleux : la cloche. Certes, danseuse brillante et reconnue pour un talent indéniable dans le petit opéra qu'elle fréquentait, tous raillaient sa jalousie et sa coquetterie de jeune étoile jamais rassasiée de bijoux brillants sur ses tenues de scène, jamais contentée d'assez de perles et de broderies, de noeuds dans les cheveux et de mèches parfaitement bouclées. Le petit rat se croyait diva.

 

danseuse-10.jpg

 

Bisous et bulles de savon !

 

Repost 0
Published by soakette la sardine - dans gribouillages
commenter cet article
15 août 2013 4 15 /08 /août /2013 08:11

Elle bondissait comme une sauterelle sur la scène devant un public ébahi et ébloui par la légèreté avec laquelle elle s'exerçait dans un ballet plein de lourdeur dans lequel cette ballerine décalée apportait une touche de fraîcheur nécessaire et appréciée.

 

 

danseuse-9.jpg

 

Bisous et bulles de savon

 

Repost 0
Published by soakette la sardine - dans gribouillages
commenter cet article
14 août 2013 3 14 /08 /août /2013 08:03

Elle était tout empêtrée dans les kilos de tissus que formaient son tutu. Rien ne l'empêchaient pourtant d'engager, somptueuse, la danse qu'elle répétait avec acharnement depuis des mois, rien ne l'empêcha, sur scène enfin, de s'élancer sur les pointes avec minutie. Rien, pas même ce costume imposant, ne l'empêcherait de réussir devant tout ces gens, les entrechats du nénuphar.


danseuse-8.jpg

 

Bisous et bulles de savon !

 

Repost 0
Published by soakette la sardine - dans gribouillages
commenter cet article
13 août 2013 2 13 /08 /août /2013 07:54

La douceur de sa danse, la grâce avec laquelle elle virevoltait, la quiétude de ses gestes et la chaleur de ses mouvements placides donnait à son petit coeur de danseuse la tranquillité maternelle d'un nid d'oiseau.

danseuse-7.jpg

 

Bisous et bulles de savon !

 

Repost 0
Published by soakette la sardine - dans gribouillages
commenter cet article
12 août 2013 1 12 /08 /août /2013 07:30

Elle avait un tutu en paille et des cheveux couleur des blés et sur la pointe des pieds elle rappelait aux spectateurs les ingénus virvoltants dans les prés aux premiers jour d'été.

danseuse-6.jpg

 

 

Bisous et bulles de savon !

Repost 0
Published by soakette la sardine - dans gribouillages
commenter cet article
11 août 2013 7 11 /08 /août /2013 17:37

http://lechatmasque.files.wordpress.com/2011/10/nadja-breton01.jpg

 

Il est des histoires d’amour qui passent sur nous aussi silencieusement que ces actualités dont l’horreur ne sait plus nous heurter et nous endormissent. Nombre de ces romances, quand elles ne nous agacent point par leur puérilité et leur naïveté, nous indiffèrent formidablement. Il n’en est rien, j’ai été contrainte d’en convenir, de Nadja d’André BRETON.

 

http://nadjadebreton.free.fr/photos/autop2.jpg

 

Car voilà, qu’il s’agisse du décor, romantique à souhait ; qu’il s’agisse des personnages, aux caractères éblouissants ; qu’il s’agisse de la promenade tranquille au sein du cœur d’un BRETON qui se confond splendidement avec le narrateur ; ou qu’il s’agisse de cet amour des mots que cultive l’auteur en adéquation avec l’amour qu’il narre ; tout m’émeut, tout me touche, tout me marque d’une trace indélébile : celle de l’émotion.

 

http://www.lefigaro.fr/medias/2009/06/18/1e7fc0d8-5c0a-11de-b3ad-e43219ede704.jpg

 

Et si on peut écorcher BRETON pour l’originalité lacunaire dont il a peut-être fait preuve dans le choix du cadre de l’amourette contée, je persiste à croire qu’il n’est de plus belle ville pour vivre une aventure que Paris. Et cela est démontré avec placidité tout au long de l’œuvre car je rejoins en ce sens la vision de BRETON, qui décrit la ville comme ce mariage - et quoi de mieux qu’un grand bourg né d’un mariage pour enfanter d’une histoire d’amour - entre la bohème romantique que perçoit BRETON dans les flaques d’eau sales, les talons qui frappent le pavé parisien, les nuages gris et la pluie mélancolique ; et le chic du Paris bourgeois, éclairé par les lampadaires ouvragés et les fers forgés.

 

http://soleildanslatete.s.o.pic.centerblog.net/qq94sar0.jpg

 

Et lorsque sa plume devient son regard, il me semble frémir au contact de l’atmosphère palpable, car tandis que BAUDELAIRE écrivait avec grande pertinence « L’air est plein du frisson des choses qui s’enfuient » je crois voir épinglés tous ces sentiments en fuite sur le papier, le pris-sur-le-vif de BRETON est émouvant en ce sens qu’il s’impose, plus fort encore que le temps.

 

http://www.paraethos.com/images/nadja.gif

 

Aussi, j’ai encore en moi le souvenir exact du souvenir lui-même intact de BRETON. Celui-ci décrivant cet instant insaisissable et qu’il sait pourtant fort bien saisir, où l’un de ses amis poètes lance à la lueur d’une bougie ses vers sur le papier. Encore une fois, il est inutile à notre auteur de décrire l’indescriptible par de longs alignements de mots dressés les uns contre les autres et presque inertes, il lui suffit de deux mots plutôt : « équation poétique », expression jetée sur la feuille et qui n’aurait mieux su toucher l’instant. C’est en ces cas que mon émotion atteint des sommets qui me semblaient infranchissables. Aussi, en nommant ce moment avec tant de justesse, il me le fit ressentir avec un réalisme quasi surnaturel. Là tout l’art de l’auteur qui manie sublimement les mots, avec une exactitude pointilleuse, qui touche avec précision nos sens, affute avec raison nos sentiments.

 

http://anakegoodall.files.wordpress.com/2012/05/im-andrc3a9-breton-la-bouche-de-nadja-1928.jpg

 

Comment décrire encore  le bonheur de cette musique des mots employés par BRETON pour décrire la bien-aimée : « débilitante » ; « pernicieuse »… Il n’est même plus nécessaire de s’attacher au sens, de la musique avant tout. Celle-ci nous emballe et c’est de ces sons que s’abreuve notre oreille pour inventer le personnage de Nadja. Une imagination auditive et sensitive peut alors se mettre en place, laissant de l’espace à un personnage dont la beauté de caractère équivaut celle des sonorités qui la décrivent.

 

http://nadjadebreton.free.fr/photos/bouche2.jpg

 

Touchantes aussi, la réflexion et les déceptions, que BRETON se passe bien d’embellir. Le livre fait alors acte d’éphémérides d’une relation amoureuse tumultueuse dont il ne saurait dans son écriture perdre une seule seconde. Il est alors tellement plaisant de se perdre dans les méandres de sa pensées et lorsqu’il écrit : « Il se peut que ma vie ne soit qu’une image de ce genre et que je sois condamné à revenir sur mes pas tout en croyant que j’explore, à essayer de connaître ce que je devrais fort bien connaître, à apprendre une faible partie de ce que j’ai oublié », je crois voir ses mots posés sur des pensées que je ne savais jusqu’alors exprimer. En ce sens, mon égocentrisme de lectrice égotique reprend quelques instants le dessus et je m’émeus de partager la pensée de BRETON, comme s’il l’eut transposé pour moi-seule. Cette émotion refleurit quand il note encore au détour d’une élucubration : « La logique, c’est-à-dire la plus haïssable des prisons »

 

http://www.edition-originale.com/images/photos/livres/photo-20857-16650-dsc00037.JPG

 

Car enfin, c’est peut-être aussi l’émergence d’un certain cynisme, lequel rassasie mon égoïsme. En effet, et c’est un point de vue, qui, il me semble, n’engage que moi, il n’est de roman touchant sans force qui en émane et de force romanesque sans quelque touche e noirceur, car s’il n’est de réalisme, comment peut-on s’identifier, s’imaginer et par conséquent être affecté ? Et quand BRETON écrit encore « Je sais que si j’étais fou, et depuis quelques jours interné, je profiterai d’une rémission que me laisserait mon délire pour assassiner avec froideur un de ceux, de préférence le médecin, qui me tomberaient sous la main. J’y gagnerai au moins de prendre place, comme les agités, dans un compartiment seul. On me ficherait peut-être la paix » je retrouve une vision finalement optimiste d’un monde pourtant souvent malheureux mais dont toute l’obscurité peut faire l’humour et quand l’humour naît du noir sans pour autant être humour noir, on ne peut qu’être ému de cette fantastique métamorphose.

 

http://graphics8.nytimes.com/images/blogs/opinionator/emorris/adilemma/13_nyt_breton_play.jpg

 

J’ajouterai également à ce propos la sublimation qui s’opère quand BRETON évoque la tristesse. Il la cite avec une sincérité touchante, une vérité troublante, lorsqu’il concède : « Je savais tout, j’ai tant cherché à lire dans mes ruisseaux de larmes ». La faiblesse d’un homme, quand elle est un aveu aussi juste ne laisse jamais indifférent. BRETON s’affranchit un temps de son surréalisme pour devenir Homme.

 

http://www.andrebreton.fr/Resources/Assets/56600100892670/HR_56600100892670_1.jpg

 

Et en conclusion, je n’ose m’éterniser encore d’avantage dans toutes ces élucubrations qui m’accaparent et dénaturent la spontanéité qui se dégage des lignes de cet auteur que j’affectionne tout particulièrement. Il est des romans dont on doit seulement apprécier le contenu, sans trop chercher à l’analyser, la chimie littéraire est si morne parfois et après tout, BRETON lui-même ne disait-il pas « Ne pas alourdir ses souliers du poids de ses pensées ? ».

 

http://24.media.tumblr.com/tumblr_mdcpfoot171qmkuebo1_500.jpg

 

J'espère vous avoir donné envie de lire ce chef-d'oeuvre si ce n'est déjà fait :)

Bisous et bulles de savon !

 

 

Repost 0

Les Chroniques De Soakette La Sardine

  • : Chroniques de Soakette la sardine
  • Chroniques de Soakette la sardine
  • : De la BD, du gribouillis, du gribouillage, et ma vie d'élève de 1ère dépeinte avec humour.
  • Contact

PAR SOAKETTE LA SARDINE

http://assets.hellocoton.fr/avatars/square-256-10565-bf8a6e0a853161922d9127629a755668.png

 

POUR M'ECRIRE UN MOT

m-ecrire-une-bulle.jpg

 

MON ACTU EN BUBULLES A LA MINUTE OU SAVOIR CE QUE JE FAIS LA TOUT DE SUITE PARCE QUE C'EST VRAI QUE MA VIE EST TROP PASSIONANTE

 





MES BULLES SONT DANS DES CASES

les glups

zelda

Ils
Ils 2
pythagorre
Ne m'oublie pas
vagabond
armistice
smoke

svt

le-prince-sylvestre-et-la-petite-abeille.jpg
dreyfus.jpg
fashion-calendrier-de-l-avant.jpg
violee-ou-voilee.jpg
soleil rouge
danseuse étoile
liberté j'écris ton nom
wilfried et théo

 

bulles-et-fleurs-1.jpg

 

J'Y FERAI DES BULLES :

http://www.malopie.org/templates/img/MALOPIE_logo-370.gif

 

J'Y AI FAIT DES BULLES :

Festivaux, salons, expos...

http://www.mjc-nogent.fr/evenements/files/2011/11/1325-.jpg

Festival Jeune Talent de Nogent sur Marne

(mes dessins exposés)

 

bulles-et-fleurs-3.jpg

 

Interview, interrogatoires, ...

 

http://2.bp.blogspot.com/-6lbtuLMvzqA/TdaoBVUUsMI/AAAAAAAAAFw/bkp9WnQqvfo/s1600/entete.jpg

Mon Interview sur Le Sombre Blog de Nicolas Archimède

(Partie 1)

sombreté

Mon Interview sur Le Sombre Blog de Nicolas Archimède

(Partie 2)

 

http://www.dixitmykid.com/pdata/t/f-117.jpgMon Interview sur Dixit My Kid

 

http://images2.confidentielles.fr/img_v5/logo_confidentielles_v9_2.pngMon interview sur Confidentielle.com

 

bulles-et-fleurs-2.jpg

 

MES BULLES SONT PARTOUT

 

 

LES BULLES DE GENS BIENS

bulles de gribouilleurs

bulles de bricoleursbulles de douceursbulles de music makersbulles de raconteurs

 

logo-confi-aime-ce-blog.jpg

http://www.bonial.fr/environnement/blog-zero-carbone/badge-co2_blog_rose_125_blc.jpg